Stefania Rossetti | Scarcagnizzu
16094
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-16094,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Scarcagnizzu

Category
creations, Works
About This Project

En dialecte de la région du Salento, le terme “Scarcagnizzu” fait référence au souffle du vent lorsqu’il crée sur le sol des petits tourbillons emportant tout sur leur passage : feuilles, terre et poussière. Il exprime également le souffle qui fait claquer les portes, produisant un son violent et inattendu.

Salento, « terre du mauvais passé » pour reprendre l’expression de l’ethnologue Ernesto Di Martino, région pauvre vivant d’agriculture et de pêche, porte en elle une mémoire millénaire où moeurs et secrets se transmettent à travers les mouvements, les gestes et les dialectes issus des langues antiques. Langues qui racontent, langues qui maudissent, langues qui cachent et confondent. Le Tarentisme, rituel de guérison utilisant la musique et la danse, fait partie de cette mémoire.

Recherche

La mise en scène est le fruit de cette tension entre le dévoilement progressif (« mise en lumière ») issu du contact avec les profondeurs et les gestes cristallisés issus de la domestication sociale. La composition chorégraphique nait également d’un conflit entre deux temporalités.

Le mouvement désarticulé, les vibrations discontinues, les métamorphoses, constituent les matériaux-traces à partir desquels se déploie cette mise en scène. La création chorégraphique canalise cette matière dans une dramaturgie qui met le spectateur en contact avec cette tension et cette attente. La suspension du corps dans l’espace est également suspension du temps. Le corps dansant comme les spectateurs basculent dans une temporalité autre, où les règles sociales sont balayées. Les repères et oppositions habituelles (forme/informe, profane/sacré, humanité/animalité, ordre/désordre,  spectateurs/acteurs) se mêlent, suspendus comme les fils d’une toile d’araignée.

« La morsure de la tarentule fixe l’homme dans son propos, c’est-à-dire dans ce qu’il pensait lorsqu’il fut mordu » (Léonard de Vinci).

Residence to Biennale College Danse of Venise 2013,

Co production : Roberto Cimetta Foundation

Thank you to : Bruant / Spangaro, Ali Lham, Virgilio Sieni, Claudio Ronco, Valeria Castellaneta, Collettivo Unico, Claire Spangaro.